Qui sommes-nous ?


Le 3 avril 2015, le CAP (Conseil d'Administration du Parti) adoptait le texte ci-dessous pour répondre à la question suivante : « Si vous étiez devant une foule et qu'on vous demandait pourquoi faites-vous partie de l'Unité nationale, que répondriez-vous ? ».

1– Nous sommes un parti de centre au niveau économique :

La Gauche préconise l’endettement pour soutenir les programmes sociaux.

La Droite préconise l’endettement pour baisser les impôts des riches.

Le Centre préconise l’équilibre budgétaire en tout temps sauf en cas d’extrême urgence.

2– Nous sommes un parti à gauche de la gauche pour la réforme bancaire :

La Droite tout comme la Gauche acceptent l’exploitation du peuple par le système bancaire. Le PUN créerait la Banque du Québec et sa monnaie, la piastre québécoise (une obligation au porteur égale en tout temps à la valeur de 10 timbres postes permanents) pourrait circuler en toute légalité et concurrencer les banques. Ces dernières prêtent à 19% sur les cartes de crédit alors que la Banque du Québec prêterait le dollar canadien à 9%. Le PUN créerait aussi des monnaies locales dans les régions du Québec désireuses de substituer les biens importés par des produits fabriqués localement. La conversion d’une monnaie locale en monnaie canadienne coûterait 4% pour favoriser l’économie régionale.

3– Nous sommes en faveur de la vraie démocratie :

La fausse démocratie est celle qui donne l’illusion au peuple qu’il détient le pouvoir une fois par quatre ans. Avec de l’information biaisée et une bonne propagande alimentée par des gros sous, il est facile de berner le pauvre peuple et de le faire voter dans un sens ou dans l’autre. La vraie démocratie est celle qui donne la capacité au peuple de pouvoir réagir en temps réel avec le RIP (Référendum d’Initiative Populaire) comme cela existe en Suisse. Imaginez pouvoir bloquer des injustices telles que : - La loi C-124 datant de 1993 qui donne au ministre des finances le droit de saisir les biens de la population « en cas d’urgence »; - Un gouvernement tyrannique qui impose sa volonté (fusion forcée des municipalités); - L’Hydro-Québec qui impose une technologie déficiente, dangereuse, imprécise au point de surfacturer certains de ses clients de 20% à 60% et parfois jusqu’à 400% sans que le pauvre peuple ne puisse se défendre; - Des lois injustes votées par des Cours de justice ou même par la Cour suprême du Canada, lois qui choqueraient la conscience de la collectivité du Québec.

4– Nous sommes en faveur de chartes respectueuses des droits de la personne et de la collectivité :

Nous dénonçons la charte de la laïcité de Marois, Legault et Drainville qui se propose de supprimer des droits alors qu’une charte se doit de protéger des droits. Nous respectons les chartes du Québec et du Canada mais avons aussi ajouté auxdites chartes, des droits fondamentaux tels que les droits de se nourrir, de se vêtir, de se loger, de travailler, etc. en plus de faire comprendre les responsabilités qui découlent de ces droits. Nous avons aussi ajouté la charte des droits de la famille ainsi qu’un projet de Constitution pour le Québec, projet conçu pour protéger les valeurs de la société distincte du Québec qui différent des autres constituantes du Canada par la langue et par la Foi.

5– Nous avons choisi de porter le nom d’Unité nationale dans le but de nous ouvrir à tous et à toutes :

Le défi consiste alors à véhiculer la base des valeurs communes qui peuvent rassembler dans un même parti des gens de bonne volonté issus de différentes confessionnalités ou sans confessionnalité religieuses, de différentes ethnies ou milieux culturels. Dieu a déposé dans le coeur de chaque homme, femme et enfant, sa Loi naturelle qui commande d’aimer notre prochain comme soi-même. C’est ce tronc commun qui permet de réunir ensemble des gens de bonne volonté issus de milieux différents. Une mise en garde s’impose toutefois car s’ouvrir aux autres ne signifie pas que nous devons renier nos origines. La société distincte du Québec est née de notre héritage culturel, de notre patrimoine historique, de nos traditions, de nos fêtes chrétiennes et des institutions fondées par nos ancêtres jusqu'aux années 60 (écoles catholiques et collèges classiques, hôpitaux, universités, hospices, séminaires, etc). Au Parti unité nationale, c’est tolérance zéro à l’égard du racisme pratiqué par certaines personnes qui viennent dans notre pays avec l’intention de bousculer et de piétiner les droits de la majorité. Ceux et celles qui militent ouvertement pour : interdire les crèches de Noël; abattre la croix du Mont-Royal ou autres signes religieux de la chrétienté; faire interdire la prière chrétienne dans des assemblées publiques; qui se vantent de ne jamais apprendre le français, la langue de la majorité, etc. À ceux-là et celles-là nous disons que nous combattrons votre racisme avec acharnement avec tous les moyens légaux possibles.

6– Nous sommes déterminés à combattre les dépenses inutiles et les abus de rémunérations :

Francis Vailles (chronique lapresse.ca du 3 décembre 2013) nous informe que les salaires des fonctionnaires municipaux sont 38% plus élevés que ceux des fonctionnaires provinciaux.

7– Nous proposons l’État subsidiaire pour remplacer l’État-providence :

Autrement dit un État qui fournit aux communautés selon leurs aspirations soient : développer des coopératives, organiser des achats regroupés, travailler dans les popotes roulantes, organiser des garderies en communauté, organiser des centres jeunesse et des centres d’aînées pour sortir les personnes de leur isolement de la pauvreté. Fini l’État-providence qui dilapide les fonds publics en engageant des travailleurs professionnels qui imposent leur façon de faire sans se soucier des aspirations de la communauté. Payer des travailleurs et travailleuses pour accomplir des tâches qui peuvent se faire par des membres de la communauté (rémunérés par surcroît) est une absurdité.


Qui sommes-nous ? UN PARTI QUI PEUT FAIRE BEAUCOUP PLUS AVEC CE QU’ON A!